0 vues

Début février, le New York Times l'a consacré comme "l'auteur de romans d'espionnage qui en savait trop"; il vient de passer dix jours en Afghanistan, théâtre de ses deux prochains SAS, les 198 et 199ème de la série : à 83 ans, Gérard de Villiers ne connaît pas le mot "retraite".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.