2 vues

L'édition 2011 du Festival de Cannes restera comme un bon cinématographique marqué par les provocations de Lars Von Trier et l'irruption de l'affaire DSK, qui a réussi à sortir les festivaliers de leur bulle étanche.

Publicité

Contenus sponsorisés