Louboutin qui défend sa semelle rouge

Dior qui ne peut utiliser la marque Champagne pour ses parfums

La valeur des marques, dessins, modèles ou brevets (en un mot de l'immatériel) n'est plus à démontrer Comment mieux les protéger ?

Comment établir sa stratégie de propriété intellectuelle ?

Comment se défendre, le cas échéant ?

On en parle dans lex talk

Pour évoquer l'univers des actions en contrefaçon, on a le plaisir de recevoir Julien Horn et Serge Lederman du cabinet de Gaulle, Fleurance et Associés

Bonjour à tous les deux,

Votre cabinet à décider d'investir dans la création d'un outil d'aide à la décision dans les actions en contrefaçon, en quoi consiste cet outil, que permet-il de faire ?

-rassurer les clients

-lutter contre les idées reçues

-outil de travail

Quel genre d'idées reçues ?

-les entreprises étrangères gagnent

-on est pas jugé de la manière selon les chambres (graphiques)

Concrètement comment ça marche ?

-compilation de plus de 400 jugements

-80 critères

permet de sortir des chiffres

de croiser les jp

Quels sont les principaux enseignements ?

-de plus en plus techniques

-des chausse trappes à éviter

-il est facile de perdre

Est-ce un outil de justice prédictive ?

Si cet outil dissuade certains de vos clients, vous vous tirez une balle dans le pied ?

Peut-on prendre un exemple concret ?

stratégie modèle déposé vs droits d'auteurs (qui ne marché qu'à 26%)

Votre outil montre qu'une action sur deux n'aboutit pas

Et vous vos statistiques, quelles sont-elles ?

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés