Endettés auprès du FMI notamment, le Portugal et la Grèce ont choisi deux stratégies différentes pour s'acquitter des remboursements. Les Portugais ont encore mis la main au portefeuille pour payer deux milliards d'euros par anticipation, tandis que les Grecs ont obtenu un délai supplémentaire pour réunir l'argent.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés