Vendre à bas prix des propriétés de l'Etat pour en faire des logements sociaux, c'est l'idée du dispositif Duflot, lancé en 2013. Une mesure loin de faire l'unanimité, comme en témoigne un récent rapport parlementaire relayé par France Inter. Un document qui dresse un bilan plutôt négatif de l'opération. On y apprend que le produit de ces ventes n'a cessé de baisser depuis 2015. Une situation que dénonce le député La République en Marche Jean-Paul Mattei. "Si on cède les bijoux de famille pour faire quelques petits logements qui vont coûter une fortune, c'est quand même de l'argent mal utilisé. C'est dommage de faire perdre de l'argent à l'État alors qu'il aurait pu réaliser une belle plus-value sur son patrimoine. On a l'obligation de se poser la question de l'efficacité de ce système", déplore l'élu de la majorité, rapporte France Inter qui indique qu'il est pour un assouplissement du système mis en place par Cécile Duflot. Heureusement, l'ancienne ministre peut compter sur quelques soutiens. "L'idée que l'État lui-même contribue à alimenter la spéculation immobilière au plus offrant, plutôt qu'en élaborant des projets d'intérêt général, cela ne peut que m'affliger. S'il n'y avait pas eu la décote Duflot, on n'aurait jamais pu réaliser du logement social dans le VIIe arrondissement", rétorque l'adjoint au logement à la ville de Paris Ian Brossat auprès de France Inter. Un débat qui ne fait que commencer et qui pourrait ressurgir à l'automne en vue du projet de loi de finances 2019.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés