L'objectif des 3% de déficit budgétaire imposés aux Etats membres de l'Union européenne par le Traité de Maastricht ne plaît à aucun parti politique français. Pourtant, le gouvernement tente de s'y tenir.

Publicité

Contenus sponsorisés