Vidéo associée: 

Publié le 03/04/2018

La guerre commerciale se précise avec Washington

Corps: 

Au lendemain de l'adoption de représailles commerciales de Pékin contre Washington, Roberto Azevedo, le directeur général de l'OMC s'est inquiété. Lors d'une conférence à Lisbonne, il a déclaré que la situation actuelle était "très délicate" et a de nouveau appelé la Chine et les États-Unis à la raison.

De leur côté, même les Japonais sont sur la défensive. " Le Japon doit protéger le cadre du libre-échange promu par l'OMC", a déclaré mardi Tara Kono, le ministre des Affaires étrangères alors que le Premier ministre Shinz Abe doit se rendre mi avril à Washington.

A ce stade, Donald Trump pousse les Japonnais à négocier un accord-bilatéral avec les États-Unis en échange de la levée des tarifs douaniers sur l'aluminium et l'acier. Mais Tokyo résiste et a d'ailleurs fait savoir que les taxes auront surtout un impact sur les entreprises américaines dépendantes des aciers spéciaux que seuls les Japonais fabriquent.

Les entreprises américaines, justement sont aussi sur le pied de guerre : la guerre commerciale avec la Chine risque des les impacter lourdement.

Jacob Parker, USA-China Business Council : "Certaines entreprises [de notre association] nous ont dit que toute détérioration des relations entre les États-Unis et la Chine pourrait permettre à leurs concurrents internationaux de s'emparer de leur part de marché en Chine. Nos entreprises sont très compétitives sur les marchés sur lesquels elles opèrent, et si les décideurs politiques chinois ou les entreprises d'État décident de diversifier leurs chaînes d'approvisionnement, alors cela pourrait ouvrir la porte à des produits européens, japonais et, dans certains cas, chinois qui pourraient prendre des parts de marché que nos entreprises occupent actuellement". Pour l'instant , la Chine a concentré ses représailles sur certains produits agricoles dont la viande. Mais Pékin pourrait décider de taxer le soja, dont la moitié de la production américaine est exportée vers la Chine. Le géant Boeing serait aussi dans le collimateur des Chinois.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet