Après avoir critiqué les Italiens qui refusaient d'accueillir l'Aquarius, Emmanuel Macron a annoncé mardi que la France accueillerait une dizaine de migrants à bord du bateau de l'ONG allemande Lifeline qui doit accoste à Malte. Pris dans ses contradictions, il se range aujourd'hui du côté italien en critiquant les ONG qui font, selon lui, le jeu des passeurs. Roselyne Febvre en discute avec David Revault-d'Allonnes et Bruno Jeudy.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés