C'est toute la logique du crédit immobilier à la Française que le régulateur veut remettre en cause. Le Comité de Bâle s'oppose : aux taux fixes, aux différents systèmes d'assurance, au mode de calcul du prêt.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés