La révélation de l'utilisation frauduleuse des données personnelles à l'insu d'environ 50 millions d'abonnés à Facebook par la société anglaise Cambridge Analytica et son éventuelle influence sur le résultat de l'élection américaine remportée par Donald Trump en 2016 met à mal la valeur de l'entreprise de Mark Zuckerberg. À la perte de quelque 10 points de son action à la Bourse de New York, s'ajoute désormais la fureur des abonnés. Depuis ce mercredi, la fronde s'organise, principalement via Twitter, pour appeler à déserter Facebook. Et c'est sous la bannière #DeleteFacebook ("quitter Facebook" en Français) qu'une campagne d'incitation au désabonnement se répand comme une traînée de poudre sur le Web. Mark Zuckerberg a présenté ses excuses à ses utilisateurs sans réussir à enrayer la crise de confiance.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés