Le divorce entre les syndicats et le patronat au sujet de la dégressivité des allocations chômage. "Rien ne change, les chômeurs continueront à percevoir leurs allocations tout à fait normalement", a précisé François-Xavier Pietri avant d'ajouter : "Ce qui change, c'est pour le gouvernement qui hérite d'un cadeau empoisonné. Soit le ministère du travail s'engage dans une réforme de l'assurance chômage, soit le gouvernement joue la montre et remet aux lendemains de l'élection présidentielle cette réforme".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés