Il y a trois ans, la chancelière allemande Angela Merkel ouvrait grandes les portes de l'immigration, faisant le pari que l'économie de son pays, assoiffée de main-d'oeuvre, parviendrait à intégrer l'afflux d'immigrés. Au-delà de la vague migratoire qui a suivi cette décision - plus d'un million de nouveaux immigrés potentiels -, environ 300 000 demandeurs d'asile ont, à ce jour, trouvé un emploi.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés