1 vues

L'absence du fondateur de l'Arche de Zoé et de sa compagne a provoqué lundi une certaine frustration à l'ouverture du procès de l'association à Paris, cinq ans après la rocambolesque tentative d'exfiltration de 103 enfants présentés comme des orphelins du Darfour.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés