1 vues

Les marchés guettent la moindre de ses déclarations, notamment sur la mutualisation de la dette, car c'est elle, et elle seule, qui va décider de l'avenir de l'euro et de la zone euro jeudi et vendredi. Elle a obtenu de tous les pays, y compris la France, une accord de principe pour plus de fédéralisme et un contrôle des budgets nationaux. Mais que va t'elle accepter?

Publicité

Contenus sponsorisés