Tout est prêt au Zimbabwe, où un scrutin historique a lieu ce lundi, neuf mois après la chute de Robert Mugabe. Des centaines d'observateurs internationaux sillonnent le pays pour s'assurer que cette présidentielle rompent avec le règne de l'ancien président : long de 37 ans et durant lequel les scrutins étaient entachés de violences et de fraudes.

Silencieux jusqu'ici, Robert Mugabe, âgé de 94 ans s'est invité dans la campagne ce dimanche pour appeler les électeurs à faire tomber son ancien parti.

" J'ai été viré du parti que j'ai fondé. On m'a subitement vu comme un ennemi ", s'est justifié Robert Mugabe en marquant de nombreuses pauses, lunettes noires et costume impeccable, depuis sa demeure luxueuse où il passe une retraite dorée.

Impossible donc pour l'ancien dirigeant de voter pour son successeur Emmerson Mnangagwa. L'ex-vice président de Robert Mugabe fut l'un des artisans de son renversement.

Rober Mugabe a donc sous-entendu qu'il donnerait sa voix à Nelson Chamisa, le candidat du parti d'opposition MDC, qu'il a toujours combattu. Un sondage crédite ce dernier de 37 % des suffrages, un peu moins que le président sortant.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés