Les premières vérifications menées par le gouvernement sur une dizaine de véhicules après le scandale Volkswagen confirment la "tricherie" à laquelle s'est adonné le constructeur allemand, mais ne mettent pas en cause d'autres marques, a affirmé vendredi Ségolène Royal.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés