En visite pour trois jours à Cuba, le pape François a présidé une grande messe dimanche sur la place de la Révolution à La Havane. Pierre Lunel, auteur de "Je m'appellerai François", a jugé le rôle du souverain pontife dans le dégel des relations entre La Havane et Washington. Pour lui, il est surtout "très bien conseillé".

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés