Depuis les attentats du 13 novembre, le départ de Bachar al-Assad, actuel président syrien, n'est plus la priorité pour la France. Laurent Fabius, comme François Hollande, privilégient une transition politique. Assad pourra rester à la tête de la Syrie, le temps d'organiser une transition pour une "Syrie unie".

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés