PRIMAIRE À GAUCHE - "Ce qui est important, ce n'est pas tellement les bagarres", a déclaré Vincent Peillon à la sortie du second débat de la primaire à gauche interrogé sur son "accrochage" avec François de Rugis sur la question du nucléaire. "Ce qui est important, c'est que nous avons pu mieux parler sur les sujets de fond".

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés