L'opposition vénézuélienne prend le pouvoir. Emmenée par Henrique Capriles, la coalition de la Table de l'unité démocratique (MUD) décroche 112 des 167 sièges du parlement grâce au ralliement de trois députés indigènes. Soit une majorité des deux tiers acquise lors des législatives de dimanche, mais dont les résultats n'ont été confirmés qu'hier. Une majorité qui lui permet de convoquer un référendum ou de former une assemblée constituante.

Venezuela: l'opposition devra batailler pour être un contre-pouvoir face au chavisme https://t.co/Fz0iw0yPjA #AFP pic.twitter.com/a5bNDz9J7C- Agence France-Presse (@afpfr) 8 Décembre 2015

Un véritable camouflet pour le président Nicolas Maduro, héritier du défunt Hugo Chavez. Le chef de l'État veut restructurer le gouvernement, il a donc demandé à ses ministres de démissionner. Mais il a déjà annoncé qu'il refuserait toute amnistie des prisonniers qualifiés de politiques par l'opposition.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés