Des partisans du président Nicolas Maduro ont pris d'assaut l'Assemblée nationale, l'unique institution du pays contrôlée par l'opposition. Ils ont ensuite pris en otage des députés et des journalistes pendant 9 heures : sept élus ont été blessés, de même qu'une dizaine d'employés. Cinq blessés ont dû être hospitalisés.

Le président de l'Assemblée Julio Borges a attribué cette opération à des groupes civils pro-gouvernement, armés par l'exécutif selon l'opposition.

'Quiconque voit ces images de l'assemblée nationale peut se méprendre. Ils peuvent croire que nous faisons face à un gouvernement fort. Ils ont tort. Un gouvernement qui fait cela à son parlement est un gouvernement faible, un gouvernement déchu, c'est un gouvernement lâche.'

Tout avait commencé par une manifestation et un discours du ministre de la défense et du chef des armées devant l'assemblée. Les forces de l'ordre ont fini par faire évacuer le parlement à la tombée de la nuit, mais il fallu plusieurs tentatives. La centaine de partisans du gouvernement et de Maduro détenaient des grenades assourdissantes et les faisaient exploser. Le président vénézuélien dit condamner cette action.

#Haiti ne peut pas rester silencieuse après la violence contre le parlement du #Venezuela Nou patap toleresa lakay LatortueYouri MAECHaiti pic.twitter.com/4YpWldHUWX- Stanley Lucas (@Stanleylucas01) 5 juillet 2017

Venezuela - Le parlement vénézuélien évacué après un siège de neuf heures par des pro-Maduro https://t.co/XdEqlEFtJO pic.twitter.com/IdG3rf0Iw0- Le Devoir (@LeDevoir) 6 juillet 2017

Que se passe-t-il dans ce Venezuela devenu dictature? https://t.co/ZxItAQrBPt #Monde pic.twitter.com/BG6wAXnpjg- L'important (@Limportant_fr) 6 juillet 2017

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés