Manuel Valls a été contraint mardi de faire passer en force la loi Macron devant le risque de voir les "frondeurs" du Parti socialiste torpiller un texte jugé crucial pour la crédibilité de sa politique économique. Pour le chef du service politique de TF1, Christophe Jakubyszyn, cette décision du premier Ministre équivaut à "une part de courage" doublée de "l'aveu d'un échec". Détails.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés