Vidéo associée: 

Publié le 26/12/2017

Un toit pour les réfugiés de Chios

Corps: 

La camp de réfugiés de Chios, en Grèce, est surpeuplé. D'une capacité de 800 places, il accueille actuellement plus de 2 000 personnes. Certaines familles dorment dans des bâtiments, mais des tentes se dressent peu à peu dans les champs voisins.

L'ONG Arsis tente d'offrir des logements aux plus vulnérables, grâce au partenariat et au soutien financier du Haut Commissariat de l'ONU pour les Réfugiés (HCR).

Katerina Pappa s'occupe de rencontrer les réfugiés et de les conseiller. " Le logement est la priorité absolue des familles. Une fois que l'on a réglé cette question là, on peut se focaliser sur les questions juridiques, comme leur demande d'asile. On peut s'occuper de leurs besoins de santé et inscrire leurs enfants à l'école. Tout a changé depuis qu'ils ont une maison, qu'ils n'habitent plus dans un champ ", explique l'humanitaire d'Arsis, sociologue de formation.

Al Inezi Saadoun a 60 ans. Sa famille est originaire du Koweït, mais est apatride. Il a passé la fin de l'automne dans des tentes avec sa femme et ses enfants, avant d'être aidé par l'ONG.

" J'ai demandé aux administrateurs du camp de réfugiés de nous fournir des couvertures et des draps. Nous avons dormi dehors, dans les champs. Il pleuvait et il faisait froid. Nous n'avions aucune protection. Nous étions livrés à nous-mêmes ".

A l'heure actuelle, 53 appartements logent 239 réfugiés sur l'île. Tous sont situés dans le centre-ville, pour leur permettre de se rendre chez le docteur ou au supermarché, mais aussi d'être mêlée à la population locale.

Apostolos Staikos, Euronews :

" Une tente, dans le froid et les averses... une cuisine avec de la nourriture sur la table. Cela ne remplace pas leur ancienne maison mais cette famille peut vivre dans des conditions décentes ".

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité