Le sapin est dressé sur les terrasses et des figurines de Père Noël et de rennes sont installées sur les tables. Mais dans le camping du Cannet, le coeur n'est pas à la fête. Sur les 31 familles du Carimaï, relogées à cause des inondations meurtrières dans les Alpes-Maritimes du 3 octobre, 8 sont encore dans des bungalows et attendent d'être relogées. "On fait les sapins uniquement pour les enfants, mais on n'a vraiment pas envie de fêter Noël. On a envie d'avoir une vie stable", a témoigné une maman. Les familles ne savent toujours pas si leurs maisons pourront être reconstruites.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité