Après l'Afghanistan au début du mois, c'est à Saada au Yémen qu'un nouvel hôpital de Médecins sans Frontières vient d'être détruit par des frappes aériennes. Cette fois pas de victimes mais quelques blessés légers. Le personnel aurait eu juste le temps de fuir. Ban Ki-moon le secrétaire général de l'ONU condamne ces frappes et réclame une enquête. L'Arabie Saoudite, à la tête d'une coalition militaire, nie être à l'origine de ces raids.

"Cette attaque est une nouvelle illustration d'un mépris total pour les civils au #Yémen" https://t.co/SBd8VEz2qX pic.twitter.com/oXTHNXqMFR- MSF France (@MSF_france) 27 Octobre 2015

Pour le président de MSF, Mego Terzian, c'est une nouvelle attaque contre les civils : 'Je suis très préoccupé par la situation dans le district de Heedan où vivent 200.000 personnes qui dépendent de l'hôpital de MSF et il est détruit aujourd'hui, il couvrait les besoins de la population; honnêtement je ne sais pas comment elle va avoir accès à des soins.'

'c'est peut-ê une erreur mais le fait est que c'est un crime de guerre. Il n'y a aucune raison de viser un hôpital' https://t.co/zQdNrU44w4- MSF France (@MSF_france) 27 Octobre 2015

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés