Dimanche, le président Erdogan répètait que les Syriens étaient leurs frères, pourtant le poste de frontière était encore fermé. Le gouvernement voudrait contrôler le flux de réfugiés car l'ouverture totale des frontières pourrait provoquer un appel d'air à d'autres migrants. Gérer le flux, serait aussi une manière de s'assurer qu'il n'y a pas de terroristes dissimulés dans les foules.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés