La partie kurde de la Turquie porte toujours les traces des combats d'il y a deux semaines, sur les bâtiments mais surtout dans les esprits. "On ne se sent pas indépendants. On a peur de la répression surtout en tant que Kurdes. Comment voulez-vous qu'on se sente libre avec une arme pointée sur nous?", témoigne Kadri Akkum, habitant de la zone qui a été attaquée. Les élections législatives auront lieu dimanche prochain.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés