Le quotidien turc "Millet" a partagé sur son compte Twitter la "une" de l'édition qui aurait dû paraître jeudi. Il s'agit de la photo de la carte de presse ensanglantée de l'un de ses journalistes sous le titre "un putsch sanglant". Comme le journal Bugün, il a été empêché de paraître au lendemain de l'assaut policier contre deux télévisions du même groupe qui a ravivé les critiques contre le président Recep Tayyip Erdogan.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés