C'était il y a 6 mois: à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, pour répondre à l'expaspération des habitants, et après six fusillades en deux mois, le ministre de l'Intérieur annonçait la mise à disposition de moyens supplémentaires pour mettre fin au trafic de drogue. Mais six mois plus tard, sur place, rien n'a changé ou presque.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés