Toyota dans le collimateur de Donald Trump. Le constructeur automobile japonais est la première entreprise étrangère à être directement ciblée par un tweet du président américain élu, qui rappelle ceux adressés récemment à Ford et General Motors. Dans ce tweet, Trump reproche à Toyota de construire une nouvelle usine au Mexique pour vendre ensuite ses véhicules aux Etats-Unis. Et il menace l'entreprise de représailles douanières.

Toyota Motor said will build a new plant in Baja, Mexico, to build Corolla cars for U.S. NO WAY! Build plant in U.S. or pay big border tax.- Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 5 janvier 2017

Piqué au vif, Tokyo tient à rappeler l'importante contribution de Toyota et de ses concurrents japonais à l'économie américaine : 'L'industrie automobile japonaise emploie 1,5 million de personnes aux Etats-Unis, souligne le ministre japonais du Commerce, Hiroshige Seko. J'ajoute que nous n'avons pas l'intention de délocaliser nos usines américaines vers le Mexique ou vers d'autres pays.'

Le nouveau site mexicain de Toyota doit prendre le relais d'une usine au Canada. Quelque 200.000 véhicules de la gamme Corolla doivent y être assemblés chaque année à partir de 2019.

Mais le leader mondial de l'automobile n'est pas le plus exposé à d'éventuelles sanctions douanières américaines. Son compatriote, Nissan, produit au Mexique plus de 800.000 véhicules par an, destinés pour moitié au marché américain.

Après Ford et General Motors, Toyota dans le viseur de Donald Trump https://t.co/4M7xSBfycr pic.twitter.com/1lOwlqbfUP- Le Point (@LePoint) 6 janvier 2017

Avec AFP et Reuters

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés