La Russie refuse pour le moment de soutenir la thèse de l'attentat terroriste dans le crash de l'Airbus A321 dans la région du Sinaï en Egypte. Le Royaume-Uni et les États-Unis ont, pour leur part, mis en avant cette théorie. "Pour Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, ces assertions ressemblent à de l'information mal vérifiée. Les causes du crash ne peuvent être annoncées que par les enquêteurs", a rapporté sur BFMTV Jean-Didier Revoin, correspondant de France 24 à Moscou.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés