Une bombe radioactive, un attentat au gaz… Ce sont les scénarios peu réjouissants testés mercredi et jeudi par les autorités françaises et européennes à Lyon. Des exercices qui mobilisent des centaines de secouristes et doivent permettre d’améliorer le dispositif d’urgence en cas d’attentat.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés