La France a connu deux vagues d'attentats en à peine un an. Les auteurs étaient pour la plupart déjà connus des services de renseignements. Son système est aujourd'hui remis en cause. Le 14 octobre un rapport circonstancié a été remis à l'Intérieur. Il souligne un "trop grand éclatement" des services, 10 au total, sous la tutelle de différents ministères. Le rapport insiste et pointe du doigt : une mauvaise communication entre ces divisions, trop peu d'agents sont déployés sur le terrain, un manque de linguistes et informaticiens. Le gouvernement envisage une structure unique de commandement anti-terroriste.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés