Travailler moins pour travailler mieux, c'est en quelque sorte ce que souhaite Benoît Hamon, convaincu que les nouvelles technologies permettront de créer plus de richesses avec moins d'heure de labeur. Il souhaite aussi faire reconnaître le burn-out comme une maladie professionnelle.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés