Plusieurs pays, dont la France et les États-Unis, avaient évoqué la présence d'une délégation iranienne. Cette fois, c'est le porte-parole du Département d'État américain qui en parle très clairement.

'Nous n'approuvons évidemment pas les activités iraniennes qui continuent à déstabiliser la Syrie, insiste John Kirby. Leur participation ne serait d'aucun intérêt si la communauté internationale ne voulaient pas qu'ils jouent un rôle constructif pour parvenir à une transition politique.

La Russie, la Turquie et l'Arabie Saoudite devraient notamment participer à la réunion qui aura lieu vendredi à Vienne.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés