Un tournant majeur se confirme dans la diplomatie française : la politique du "ni Bachar, ni Daech" semble définitivement enterrée. Laurent Fabius ne pose plus le départ du président syrien comme condition préalable à toute transition politique. Depuis les attentats, la lutte contre le groupe Etat islamique devient une priorité absolue.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés