L'ONG Amnesty International accuse le gouvernement syrien de profiter d'un "marché noir insidieux des disparitions forcées" dans un nouveau rapport accablant. Geneviève Garrigos, présidente d'Amnesty International France, a évoqué sur LCI ces médiateurs qui cherchent à tirer des sommes d'argent fortes.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés