L'administration pénitentaire a toutes les peines du monde à retenir son personnel. Ainsi, un surveillant pénitentiaire sur quatre démissionne dans les trois ans suivant le recrutement.

Publicité

Contenus sponsorisés