L'OEIL DU WEB. Selon une enquête réalisée par le New York Times, des armes seraient mis à la vente et même échangées sur Facebook, principalement en Libye, en Syrie et en Irak. Un moyen clandestin d'acheter des armes lourdes. Facebook a réagi en fermant six sites dénoncés. Le réseau social a demandé aux internautes de faire la chasse à ces pages privées.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés