Le bras de fer avait commencé le 3 avril. Il se termine ce jeudi avec un dernier jour d'action, après 36 jours cumulés de grève, la plus longue en 30 ans à la SNCF. Si c'est la fin de la grève unitaire contre la réforme du rail français, deux syndicats n'ont pas dit leur dernier mot. La CGT et SUD-Rail comptent remettre le couvert pour les grands départs de l'été les 6 et 7 juillet. Car la réforme a beau être passée, il y a encore beaucoup à négocier avec la direction et la branche.

Dans une mise en scène un peu figée, le Président Emmanuel Macron a, lui, promulgué la loi de la réforme et tendu la main, un peu mais pas trop...

"Nous avons répondu aux inquiétudes les plus vives et nous continuerons de le faire, dans la négociation de branche, dans la négociation d'entreprise, à chaque fois que ces inquiétudes sont légitimes et qu'elles ne sont pas le refus de tout changement" , a déclaré le président français.

Définitivement adoptée par le Parlement mi-juin, la loi sur la réforme du ferroviaire prévoit notamment l'ouverture à la concurrence du transport des voyageurs - une obligation européenne - mais aussi la suppression du très protecteur statut des cheminots et le transfert d'une partie d'entre eux vers le privé. Les négociations sur la nouvelle convention collective sont donc primordiales pour l'avenir des salariés. Elles doivent aboutir d'ici janvier 2020.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés