Le capitaine Tim Bradshaw dirige un groupement militaire britannique de haute-montagne, qui se trouvait dans l'Everest, au moment du puissant tremblement de terre qui a frappé le Népal samedi. Il témoigne des conditions dans lesquelles, lui et ses hommes, se trouvent, 48 heures après. Joint par téléphone, il explique : "C'est très angoissant. Le temps est très nuageux, il neige. On peut entendre des rochers tomber à terre. Mais malheureusement, on ne peut pas les voir venir". Le tremblement de terre de magnitude 7,8 a fait au moins 3 200 morts, dont deux Français, et plus de 6 500 blessés. Le Quai d'Orsay a par ailleurs indiqué être "sans nouvelles" de 676 ressortissants français qui se trouvaient au Népal au moment du séisme.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés