Il sont près de 56 millions à prendre le chemin des urnes aujourd'hui. En Turquie, les électeurs sont appelés à voter pour élire leur Président et renouveler le Parlement.

Recep Tayyip Erdogan arrivera-t-il à se faire élire dès le premier tour ? Rien n'est moins sûr. Il doit rassembler sur son nom 50 % des électeurs sans quoi, il se lancera dans un second tour plein d'incertitudes.

Face à lui, le candidat du CHP, Muharrem Ince, pourrait être la surprise de ce scrutin. Malgré les difficultés il a su rassembler des millions de turcs lors de ses meetings avec une promesse : apaiser une société en crise économique et traumatisée par les purges post coup d'état manqué.

Autre interrogation, quel sera le niveau de Meral Aksener ? La représentante du mouvement nationaliste, très proche de l'extrême droite et anti-kurde.

Mais le faiseur de roi dans ces élections pourrait être le parti progressiste et pro-kurde HDP, dont le leader Sellahatin Demirtas s'est présenté au scrutin depuis sa prison. Avec un score d'au moins 10% aux législatives, il priverait l'AKP d'une majorité absolue au Parlement. En vertu des règles électorales turques, les supporters du CHP principalement, pourraient être tentés de voter en faveur des candidats HDP afin d'affaiblir le camp du Président.

Les Turcs ont jusqu'à 17h pour voter. Juste après l'ouverture des bureaux des tentatives de fraudes ont déjà été constatées par des observateurs, notamment dans le sud et les provinces à majorité kurde de Suruc et Urfa.

Nombre d'incidents ont également eu lieu en lien avec la présence d'observateurs de chacun des partis dans les bureaux de vote. Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent des militants et des citoyens menacés.

Les résultats devraient être connus dans la soirée.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés