Vidéo associée: 

Publié le 07/09/2017

Sanctions contre la Corée du Nord : Poutine infléxible

Corps: 

Alors que le Conseil de sécurité des Nations unies prépare en coulisse un nouveau train de sanctions contre Pyongyang après son dernier tir de missile nucléaire, la Russie laisse planer le doute quant à son soutien à une nouvelle résolution.

#RTSvidéo Pendant que la Corée du Nord célèbre son 6ème essai nucléaire, l'Union européenne prévoit de nouvelles sanctions contre #Pyongyang pic.twitter.com/ru19TuYJq6- RTSinfo (@RTSinfo) 7 septembre 2017

Jeudi, le Japon et la Corée du Sud sont remontés au créneau en plaidant pour de 'sévères sanctions' auprès de Vladimir Poutine pour forcer le régime de Kim Jong-Un à 'abandonner ses programmes nucléaire et de missiles' mais le président russe s'est montré flou. 'Avec ses actes, Pyongyang crée bien sûr une grave menace pour la paix et la sécurité de la région', a rappelé Vladimir Poutine. Il a cependant 'répété la position (russe): le règlement de la situation (...) n'est possible que par des moyens diplomatiques', sans se prononcer explicitement sur le texte présenté mercredi à l'ONU.

Corée du Nord : le Japon et la Corée du Sud tentés par la bombe ? https://t.co/wEYj8IkI0v #AFP- Anne Béade (@abeade1) 7 septembre 2017

Mercredi, Washington a déposé au Conseil de sécurité un projet de résolution imposant un embargo pétrolier et le gel des avoirs de Kim Jong-Un. Reste à savoir si Moscou s'abstiendra ou s'il opposera son veto. Jeudi, la Chine, principal allié de Pyongyang, a donné son accord à des 'mesures nécessaires' des Nations unies.

Quant au Européens, la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, a annoncé que l'Union européenne préparait de son côté ses propres sanctions qui viendront compléter celles envisagées par l'ONU.

Avec Agences

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet