Six millions et demi d'électeurs ont du approuver la révision de la constitution proposée cet été, une réforme qui doit permettre au chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1994, de continuer à diriger le pays après la fin de son mandat en 2017.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés