Le gouvernement britannique a cédé 7,7 % du capital de la Royal Bank of Scotland et enregistre une perte sèche de 2,9 milliards d'euros au terme de cette opération.

L'État britannique avait pris le contrôle de la banque après la crise financière de 2008.

Le ministre britannique des Finances Philipp Hammond estime qu'il s'agit d'une "étape importante vers la privatisation" de la Banque.

Le sauvetage de la Royal Bank of Scotland avait coûté 51 milliards d'euros à l'État britannique qui détient toujours 62,4 % de l'institution financière.

Pour la première fois depuis 2008, La Royal Bank of Scotland a dégagé un bénéfice net au cours de l'exercice 2017.

La banque a continué d'élever ses profits au premier trimestre 2018.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés