Richard Bohringer est de retour sur scène avec "Traîne pas trop sous la pluie" au Théâtre de l'Oeuvre à Paris. Malgré les épreuves, le comédien de 76 ans n'a rien perdu de son franc-parler qu'il n'hésite pas à utiliser, notamment quand il s'agit d'évoquer Emmanuel Macron, dont il se place en opposition dans une interview accordée au Parisien. "Le président Macron, comme m'a dit un chauffeur de taxi récemment, c'est un banquier, pas une personne comme nous. C'est vrai. Il y a un côté carnassier. Mon beau-père de 95 ans, on va encore lui taper dans sa retraite ? Il y a assez de blé en France, laissons peinards les anciens, non ? Après, est-ce que c'est une déception Macron... ? Il y a eu une lueur qu'un coup de vent a vite soufflée. Non sérieux, ça déconne là...", s'agace dans les colonnes du Parisien celui qui explique toucher 250 euros bruts par représentation, bien moins que certains de ses collègues. Pourtant, Richard Bohringer affirme avoir payé beaucoup d'impôts. "J'ai toujours fait trois tas, un pour les impôts, le second pour maintenant et le troisième pour plus tard", révèle dans Le Parisien celui qui est révolté par l'injustice à laquelle sont confrontés ceux qui gagnent trop peu leur vie, mais aussi par les traversées parfois tragiques des migrants, ou encore l'urgence écologique. "Hulot a raison, c'est aujourd'hui qu'il faut agir, pas demain. On va au cataclysme total avec des violences humaines et naturelles mêlées...", prévient Richard Bohringer dans Le Parisien.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés