Vidéo associée: 

Publié le 06/06/2015

Revoir le discours de Manuel Valls au congrès du PS

Corps: 

Le discours de Manuel Valls au 77e congrès du Parti socialiste était très attendu à Poitiers. Le Premier ministre a d'abord parlé de la France. "La France c'est une vieille nation mais c'est un pays jeune. Je veux qu'on l'aime plus la France, elle le mérite. La gauche est grande quand son destin se confond avec la France."

Le Premier ministre a ensuite évoqué la difficulté de gouverner "Il y a des combats, des colères, des déceptions, c'est la réalité du pouvoir mais c'est aussi l'honneur de gouverner". Et de citer les mots de François Mitterrand, en 1981 au congrès de Valence. "A 19 ans, je participais à mon premier congrès. C'était un autre temps, un autre monde mais j'ai retrouvé une phrase de François Mitterrand 'le PS saura relever le défi de l'exercice du pouvoir'".

Tout au long de son discours, Manuel Valls a défendu son bilan en citant presque tous les ministres de son gouvernement. Il a également salué l'action de son prédécesseur Jean-Marc Ayrault.

Standing ovation pour François Hollande

A la tribune, le Premier ministre a longuement fait applaudir François Hollande "C'est lui qui est en charge de l'essentiel, soyons fiers du Président de la République !". Et d'accompagner les applaudissements nourris de la salle : "Je suis persuadé que François est en train de vous entendre, et ces applaudissements sont importants, parce qu'il est un grand président de la République. Le pays doit le savoir, le monde a besoin de la France !"

"Nous devons continuer à réformer il n'y aura pas de pause"

Manuel Valls a insisté sur l'importance des réformes et l'assure "Il n'y aura pas de pause". Le Premier ministre s'est adressé aux organisations patronales "Nous attendons leurs engagements qui ont été signés" a-t-il prévenu.

Nicolas Sarkozy dans le viseur

Lors de son discours, le chef du gouvernement a été très virulent face à son adversaire, le patron des Républicains. Par une anaphore, Manuel Valls a vivement critiqué l'action de Nicolas Sarkozy et en tant que président de la République et tant que patron du parti d'opposition.

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité
Publicité

A lire aussi sur Planet