Siemens monte au créneau pour créer un champion européen du ferroviaire. Il propose, avec Mitsubishi, de reprendre les turbines à vapeur et à gaz d'Alstom en injectant quelques quatre milliards d'euros et en entrant au capital du groupe. Mardi, les PDG du tandem germano-japonais ont été reçus à l'Élysée avant de défendre leur projet devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée.Kathia Gilder

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés