En Tunisie, le couvre feu continue après le réveil de la contestation sociale. 5 ans après le début du Printemps arabe, les chômeurs sont toujours aussi nombreux, notamment chez les jeunes, même les plus diplômés. Ils dénoncent l'inaction du gouvernement et la corruption.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés