La relaxe a été requise jeudi à l'encontre des deux policiers qui comparaissent depuis lundi à Rennes pour non-assistance à personne en danger après le drame de Clichy-sous-Bois qui a coûté la vie à deux adolescents morts électrocutés le 27 octobre 2005. "On n'apaise pas la douleur d'un drame en causant une nouvelle injustice", a expliqué Delphine Dewailly, représentant le ministère public. "Est-ce que tout le monde est justiciable de la même manière? C'est la question qu'on peut se poser", a réagi Siyakha Traoré, le grand-frère de Bouna, après avoir entendu les réquisitions.

Publicité
Publicité

Contenus sponsorisés